Auteur : Erick CAKPO

Violées, vendues comme esclaves, considérées comme trésors de guerre, mariées de force à des djihadistes… pas un jour sans que la presse ne relaie le terrible sort réservé aux femmes par l’État islamique. Ce dernier trouve une justification à ces exactions en les mettant en lien avec le Coran, jusqu’à construire une véritable théologie du viol. Ainsi apprend-on que, selon Daech, nier l’esclavage et le viol des femmes, c’est se moquer du Coran ; un traitement qui vise particulièrement les minorités yézidies et chrétiennes. Mais au-delà même de ces minorités, la condition de la femme musulmane dans l’État islamique est particulièrement préoccupante.

"En 2007, j'ai choisi de m'inscrire en Licence de théologie au CAEPR de Metz, car ce programme proposait un panel de cours variés, et je ne souhaitais pas, au début de mes études, me spécialiser dans une discipline trop restreinte.

Au cours de ces trois années, j'ai pu notamment suivre des cours d'Histoire, de langues anciennes (grec, hébreu etc.), d'exégèse, de droit canonique mais aussi de philosophie, d'éthique et de pédagogie.

J'ai ensuite opté pour une spécialisation en philosophie (pour le Master), au Canada. J'ai par la suite travaillé un temps dans l'enseignement, puis dans l'édition avant de monter ma propre maison en 2015 (www.synapse-editions.com).

Ce blog a pour objectif de diffuser à un large public des réflexions menées par des théologiens, universitaires, en particulier les étudiant(e)s de Master du département de Théologie de l'Université de Lorraine, mais aussi les enseignant(e)s chercheurs(euses) de tout champ disciplinaire.

Il vise à promouvoir des réflexions argumentées et critiques sur des questions de théologie.

Notre société contemporaine est fondamentalement, et de manière inédite, confrontée a des questions qui articulent données théologiques et enjeux sociétaux (mariage pour tous, questionnement éthique, burkini, radicalisation, attentats, martyre). Il est fondamental que les débats, et plus particulièrement sur les réseaux numériques, ne soient pas limités a des discours purement idéologiques ou émotionnels, mais qu'une vraie réflexion et des débats ouverts et respectueux se mettent en place.