Ce livre constitue la première traduction française du Commentaire de la Sagesse. C'est un événement pour les études eckhartiennes, dans la mesure où il rend accessible une oeuvre majeure d’Eckhart, en la situant dans son contexte : celui de l’enseignement parisien du Thuringien, et en en dégageant ses enjeux.
Illustrant l’unité organique de l’oeuvre tripartite, qui est partiellement perdue, le Commentaire de la Sagesse nous donne une idée de cette grande synthèse théologique où, à partir de l’Écriture, qu’il lit en tenant compte de l’apport de Maïmonide et des Pères, Eckhart apporte une contribution originale à l’anthropologie. Articulée autour de la figure du juste, son anthropologie est fondée sur une ontologie théologale, où il envisage le passage de la création à la création nouvelle et explique que la Trinité rend possible la naissance de Dieu dans l’âme.
Cet ouvrage présente également l’intérêt d’être l’un des seuls commentaires complets du Livre de la Sagesse, même s’il en retient principalement quatre-vingt-onze passages. Et pour en rendre compte, Eckhart s’appuie sur l’acquis de ses prédécesseurs : principalement Augustin et Maïmonide, et il apparaît même comme l’un des meilleurs lecteurs d’Augustin au Moyen Âge.
Dans ce Commentaire, Eckhart passe de la sagesse philosophique à la sagesse théologique pour en venir à la sagesse mystique.

 Voir sur le site de l'éditeur

Couverture : Le serpent d'Aaron

Le Serpent d'Aaron : sur l'expérience religieuse chez Karl Barth et Henri Bergson

Anthony Feneuil, Lausanne, L'Âge d'Homme, 2015.

 

Dans le livre de l'Exode, Aaron, le prêtre de Moïse confronté aux magiciens de Pharaon, transforme devant eux le bâton en serpent. Mais s'agit-il d'un miracle ou d'un simple tour de magie ? Il est proposé ici de lire cette histoire comme le paradigme de l'expérience religieuse. Qu'est-ce qui la différencie de toute autre expérience ? Et le problème théologique qu’elle pose n’est-il pas celui de toute expérience, ou du moins de toute expérience pure, telle que le philosophe peut le formuler plus rigoureusement?
C'est pour répondre à cette question, dont l'enjeu consiste à interroger à nouveaux frais les rapports entre théologie et philosophie, que sont convoqués deux penseurs majeurs de l’expérience au 20e siècle: le théologien Karl Barth (1886-1968) et le philosophe Henri Bergson (1859-1941).

Couverture : Révéler les oeuvres de Dieu

Révéler les oeuvres de Dieu Lecture narrative de Tobie

Elena Di Pede, Claude Lichtert, Didier Luciani, Catherine Vialle, André Wénin, Coll. Le livre et le rouleau , n° 46, 2015.

Un homme pieux devenu aveugle à cause de fientes d’oiseaux, un démon jaloux tuant des fiancés ensérie, un ange un peu roublard qui cache son identité, un chien fidèle trottant derrière son maître, des familles dans la peine ou dans la joie, et puis des larmes, encore des larmes ! Du livrede Tobie, chacun garde un vague souvenir édifiant ou une image attendrissante. Mais ce petit roman, transmis sousdes formes textuelles multiples (araméen, hébreu, grec),reste peu lu et encore moins commenté. Cinq exégètes rouvrent ce livre et le scrutent patiemment. L’originalité de leur démarche ? Leur formation à l’analyse narrative ; l’interprétation qu’ils proposent, fruit d’une véritable lecture commune ; et leur choix decommenter le «texte (grec) court» de Tobie, alors que la quasi-totalité des traductions et des études optent pour le«texte (grec) long». Les aventures du jeune Tobie se révèlent comme une voie à la fois simple et profonde pour accéder à l’art du récit biblique, pour goûter le plaisir de la lecture et, peut-être aussi, pour trouver ou retrouver le bonheur de vivre.

Sous la direction de Marie-Anne Vannier

Intellect, Sujet, Image chez Eckart et Nicolas de Cues

Il s’avérait utile et même urgent de voir comment les trois concepts d’intellect, de sujet et d’image s’articulent dans la vie et dans l’oeuvre d’Eckhart et de Nicolas de Cues et quelle a été l’influence d’Eckhart sur le Cusain. Tel est le sens du projet francoallemand qui a été mené dans le cadre de la MSH Lorraine, projet qui est unique en son genre. Son double but était de mettre en évidence le caractère décisif du rapport entre les trois concepts pour l’anthropologie et pour la théorie de la connaissance dans la modernité et de montrer que la production du regard intérieur est l’oeuvre à la fois du sujet créateur et de l’intellect qui regarde, ce qui témoigne du caractère novateur et décisif de ce projet, qui a également des conséquences actuelles.
Pour ce faire, nous sommes partis du concept de sujet, ce qui nous a amenés à voir comment Eckhart et Nicolas de Cues étaient précurseurs des philosophies du sujet, comment celui-ci se situe dans le cadre de la noétique et quelle place est donnée à l’image, à la Bild qui, dans sa polysémie, amène à une relecture de l’oeuvre d’Eckhart et de Nicolas de Cues.


Ont participé à cet ouvrage : Silvia BARA BANCEL, Jean DEVRIENDT, Jean-Claude LAGARRIGUE, Maxime MAURIÈGE, Yves MEESSEN, Jean-Marie NICOLLE, Isabelle RAVIOLO, Klaus REINHARDT, Harald SCHWAETZER, Marie-Anne VANNIER.

The Dead Sea Scrolls and Pauline Literature

Edited by Jean-Sébastien Rey

The relationships between Pauline literature and the Dead Sea scrolls have fascinated specialists ever since the latter were first discovered. Now that all the Qumran scrolls have been published, it is possible to see more clearly the amplitude and impact of this corpus on first century Judaism. This book offers some syntheses of the results obtained in the last decades, and also opens up new perspectives, by highlighting similarities and indicating possible relationships between these various writings within Mediterranean Judaism. In addition, the authors wish to show how certain traditions spread, evolve and are reconfigured in ancient Judaism as they meet new religious, cultural and social challenges.

Vous êtes ici : Accueil Publications